70° ANNIVERSAIRE DE CITOYENS DU MONDE

 

Événement CdM 70

pour les 70 ans de la Déclaration
du 19 novembre 1948 au Palais de Chaillot à Paris

 

 

 

NOUS VOUS INVITONS

à participer à l'événement CdM70
les 18, 19 et 20 novembre 2018 à Paris

pour commémorer le 70e anniversaire
de la « Citoyenneté mondiale »,

proclamée lors de l’Assemblée générale
des Nations unies par Garry Davis
et Robert Sarrazac, soutenus entre autres
par Albert Camus, André Breton, Pierre
Bergé, l’Abbé Pierre ou Albert Einstein.

Nous réfléchirons ensemble à une stratégie
pour relever les défis planétaires, basée
sur une exigence de démocratie mondiale.

 

Télécharger
le document de présentation
(mis à jour le 25 septembre 2018)

 

 

EN SEPTEMBRE 1948

Robert Sarrazac, résistant, fondateur du « Front Humain des Citoyens du Monde », constitue un Conseil de solidarité pour soutenir la cause de Garry Davis, apatride volontaire, réfugié au Trocadero à Paris, territoire momentanément sous la responsabilité de l’Organisation des Nations Unies.

 

 

LE 19 NOVEMBRE 1948

Les deux hommes interrompent solennellement l’Assemblée générale de l’ONU qui se tient au Palais de Chaillot pour lire la déclaration attribuée à Albert Camus :

« Nous, le peuple, nous voulons la Paix que seul un gouvernement mondial peut donner. [...]
Si vous manquez à cette tâche, écartez-vous, une Assemblée des Peuples surgira des masses mondiales
pour bâtir ce gouvernement... ».

 


L'INTERVENTION A L'ONU DE GARRY DAVIS ET ROBERT SARRAZAC LE 19 NOVEMBRE 1948

 

Cette action, selon Robert Sarrazac, posa « à l’Assemblée Générale des Nations Unies et devant l’opinion publique le problème des élections à une Assemblée Mondiale des Peuples, directement élue, non seulement pour exprimer la volonté de paix des masses mondiales, mais pour donner corps et puissance à la souveraineté mondiale dont elles sont en fait seules détentrices ».

Suite à cet acte fondateur, des milliers de personnes et de territoires se déclarèrent Citoyens du Monde.

 

 

EN NOVEMBRE 2018

La nécessité d’une « Assemblée des Peuples » est plus évidente que jamais.

Seules des institutions démocratiques mondiales pourront répondre aux défis environnementaux,
économiques et sociaux qui se posent à l‘humanité.

Nous vous invitons à participer à l’événement des 18, 19 et 20 novembre 2018 à Paris
pour commémorer le 70ème anniversaire de la Citoyenneté mondiale..

 

 

DIAPORAMA
réalisé pour les 70 ans
de Cit
oyens du Monde

(cliquer sur l'image) >

 

POUR PARTICIPER
aux commémorations des 18, 19 et 20 novembre 2018

INSCRIPTIONS SUR LE SITE : http://cdm70.com

INFORMATIONS : http://pangee200.com et http://citoyensdumonde.fr

 

COORDINATION DE L'ÉVÉNEMENT : Pangee 2.00, local du Registre des Citoyens du Monde
66 bd Vincent Auriol 75013 Paris • pangeefrance@gmail.com • 06.23.34.02.57 (Soy)

 

 

 

AVEC LE SOUTIEN DE

 

 

sous le patronage de la Commission nationale française de l'UNESCO

 

PARTENAIRES

 

 

 

DOCUMENT DE PRÉSENTATION

Commémoration des 70 ans
de Citoyens du Monde
à Paris les 18, 19 et 20 novembre 2018

Télécharger le document

(mis à jour le 25 septembre 2018)

 

 

CAHORS-MUNDI BIENTÔT 70 ANS

 

Préface en 2010 de la brochure Cahors-Mundi 60° anniversaire 1950-2010
par Jean-Marc Vayssouze, maire de Cahors

 

Lancée dans les années d’après-guerre, la notion de Citoyen du monde a trouvé un écho immédiat auprès des dirigeants et de la population en quête d’un futur pacifique.

Les atrocités de la seconde Guerre Mondiale ont traumatisé le monde et les années cinquante ont ainsi vu naître diverses organisations sensibles à la cause de l’Humanité déterminées à œuvrer au nom des droits de l’homme.

Si Cahors célèbre aujourd’hui l’anniversaire de l’ouverture de la Route mondiale de la Paix, cela ne relève pas du hasard. Le 24 juin 1950, la première borne symbolique était édifiée au pied du pont Valentré en présence d’éminentes personnalités : Lord Boyd Orr, prix Nobel de la Paix, André Breton, les Docteurs Louis Sauvé et Henri Gilles de Cahors, Robert Sarrazac… 

Leurs noms sont associés à l’histoire de notre ville et à celle de notre département qui vit 239 communes, sur les 330 qu’il compte, adhérer à ce formidable mouvement.

Depuis les années 50 des générations se sont succédées et la planète s’est transformée en un vaste territoire de découverte ouvert grâce aux moyens de transports, aux supports de communication et aux mutations politiques profondes intervenues.

Mais face au risque latent de repli national, aux percées nombreuses de gouvernements populistes et nationalistes, l’ambition d’une citoyenneté mondiale, garante de la paix, des libertés, de justice et de solidarité à l’échelle de l’humanité, a plus que jamais sa raison d’être.

Au moment où la globalisation et l’uniformisation culturelle qu’elle implique entraînent parfois en réaction une exacerbation des régionalismes, l’enjeu réside certainement dans la capacité des générations actuelles et futures à construire cette nécessaire gouvernance mondiale tout en faisant vivre pacifiquement les « exceptions culturelles locales ».

Parce que cet équilibre est fragile, il revient aux élus, aux dirigeants et aux citoyens de préserver une relation de respect, d’écoute et de compréhension afin d’entrecroiser les cultures et de faire cohabiter les idées.

Ces valeurs d’élu s’inscrivent dans la continuité de celles qui ont animé mes prédécesseurs.

Je suis donc fier et heureux de recevoir les hommes et les femmes qui ont posé la première pierre du mouvement mondialiste pour la Paix et de saluer la mémoire de ceux qui nous ont quittés.

 

Jean-Marc Vayssouze-Faure

LA MARCHE DES CITOYENS DU MONDE

 

Vers l’unité politique de la planète

 


 

L’organisation politique de la planète repose actuellement sur 197 États-nations qui se déclarent tous souverains et indépendants, disposant seulement d’un « club de concertation » sans réel pouvoir et sans moyens propres, l’ONU de 1945.

Cet état des choses ne permet pas à la communauté mondiale, qui est devenue aujourd’hui une réalité, de faire face efficacement aux défis planétaires de notre époque : la préservation de l’environnement et de la biodiversité, la neutralisation des conflits régionaux et la réduction des armements, la régulation des échanges économiques et commerciaux au niveau mondial, la réduction des inégalités structurelles entre les différentes régions du globe et les migrations massives de populations, le respect des droits humains fondamentaux et la lutte contre les pandémies.

Ayant conscience de cette situation, La Marche des Citoyens du Monde vers l’unité politique de la planète rassemble dans un mouvement civique mondial tous les hommes et toutes les femmes de notre temps qui sont résolus à amener les représentants de leur pays à signer une Nouvelle Charte des Nations unies, celle qui donnera naissance à La Fédération Mondiale des Nations, seule capable de doter la communauté mondiale des trois composantes institutionnelles sans lesquelles aucune communauté humaine ne peut survivre et se développer sainement :

- des Règles observées par tous,
- une Autorité qui veille au respect des Règles et oeuvre au bien commun,
- une Représentation élue de la population qui édicte les Règles, et qui mandate et contrôle l’Autorité.
C’est la Démocratie.

Tous les habitants de la planète qui ont conscience d’être des citoyens du monde sont donc invités à exerer pleinement leurs droits et leurs responsabilités en rejoignant La Marche des Citoyens du Monde vers l’unité politique de la planète.

 

http://www.worldcitizensmarch.org

POUR LES ENFANTS DE NOS ENFANTS

Tchernobyl, le monde d'après

 

32 ans après, la situation sanitaire dans les territoires les plus touchés par la catastrophe de Tchernobyl continue d'empirer. La catastrophe de Tchernobyl n'est pas figée. C'est un arbre qui pousse.

Les pathologies observées sur le terrain en Belarus par les medecins de l'Institut Belrad viennent totalement invalider les schémas officiels retenus par les organismes internationaux en charge de la radioprotection. Ces organismes de l'ONU ou affiliés orchestrent en dehors de tout contrôle démocratique le déni sur les effets sanitaires de la radioactivité - jusqu'à prendre en main le contrôle de la radioprotection et de l'information en cas de catastrophe, à travers les programmes Ethos et Core, à Tchernobyl puis Fukushima.

La Charte fondatrice de l'ONU débute par ces mots : « Nous, peuples des Nations unies, résolus à préserver les générations futures... ». Or il faut bien reconnaître que l'ONU déroge à ses principes pour ce qui est de la protection radiologique des peuples qu'elle est censée représenter. Les contaminations radiologiques étant transnationales, c'est bien des peuples du monde que doit venir le sursaut. Notre responsabilité est là : reprendre en main le système de radioprotection, ou sacrifier les générations futures.

 

Lire ce texte

Cet article fait suite au travail de l'atelier « Libérer l'ONU du nucléaire »
du Forum Social Mondial Antinucléaire le 3 novembre 2017 à Paris :

 

Libérer l'ONU du nucléaire
une question de survie

Forum Social Mondial Antinucléaire / Paris / 3 nov. 2017

 

L'Atelier "Libérer l'ONU du nucléaire"organisé par Fin du Nucléaire Belgique, l’Assemblée des Citoyens du Monde et la Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté, et animé par Nicole Roelens, Michel Lablanquie et Francis Leboutte s'est tenu au Forum Social Mondial Antinucléaire le 3 novembre 2017 à Paris.

Nous apportons ici les éléments de ce travail et les suites qui y sont données.

VOIR LA SUITE

LE VOYAGE

Exposition André Breton au Musée Henri Martin de Cahors, salle Cahors-Mundi, fin 2014 – photo Michel Lablanquie

 

Pour le 70° anniversaire des bombardements tragiques d'Hiroshima et Nagasaki, le Collectif « Route sans frontières » * proposait à Gramat, les 6, 7, 8 et 9 août 2015, un événement militant et culturel articulé autour de la projection du film LE VOYAGE de Peter Watkins. À cette occasion, le texte « Il y a 65 ans, Cahors et le département du Lot se déclaraient "Territoire mondial" » faisait lien entre l'événement du Voyage et la Route mondiale "sans frontières" initiée à Cahors en 1950.

 

Il y a 65 ans, Cahors et le département du Lot se déclaraient « Territoire mondial »

L'anniversaire des 65 ans de la Mondialisation du Lot est largement ignoré de la plupart des lotois – juste salué par l'exposition que lui consacre la Mairie de Cahors à la Maison de l'eau, autour des photos de Jean Dieuzaide – comme si la mondialisation économique globalisée qui prévaut de nos jours avait définitivement effacé tout espoir de construire la mondialisation des peuples, prémisse de la société humaine solidaire qui avait alors été rêvée.

La “Mondialisation” telle que la rêvaient nos communes à la sortie de la guerre était celle de la fraternité humaine et du partage. Elle visait à créer une instance gouvernementale mondiale et souveraine, au dessus des États, pour faire face aux défis et menaces qui pesaient sur l’humanité : la guerre comme celle qui venait de se clore, mais aussi l’environnement, les matières premières, ou l’énergie – en atteste la Déclaration Mondiale des élus au Congrès des Peuples, "Énergie et Matières premières", lancée à Rocamadour le 2 juin 1974 (voir : http://www.recim.org/amip/010-fr.htm)

Aujourd’hui, à l’heure ou les menaces climatiques et environnementales, l’exploitation des ressources, de la flore, de la faune et des populations, les pollutions de toutes sortes, les menaces de guerres, la peur et la misère n’ont jamais été aussi présentes, ces aspirations sont plus que jamais d’actualité. À nous maintenant de poursuivre la voie tracée par nos sages et d’ouvrir les yeux sur la modernité d’un message qui peut aujourd’hui éclairer nos consciences. (...)

 

VOIR LA SUITE

 

* Le Collectif « Route sans frontières » : Groupe Sortir du Nucléaire Lot, Le Lot en action, La Parole a le geste, Conseil des Territoires Citoyens du Monde, Assemblée des Citoyens du Monde, le GADEL, La Conf du Lot, ATTAC Lot, Groupe Palestine Figeac, LDH Martel, Pour une Terre vivante, Écoles Tiers-Monde 46, Kinomad, Le Droit à la paresse, Vigilance OGM 46, Collectif SDN corrézien, SDN 82, Ende Doman, Bien profond et VITES. Le nom du Collectif fait référence à la première route mondiale destinée à faire le tour de la planète, dont la portion Cahors / Saint-Cirq Lapopie a été inaugurée le 25 juin 1950 par Lord Boyd Orr, directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) de 1945 à 1948 et prix Nobel de la Paix 1949.

Télécharger l'intégralité de ce texte

LES MAIRES POUR LA PAIX

 

NOS VILLES NE SONT PAS DES CIBLES

 

M. MATSUI Kazumi, Maire d'Hiroshima et président des Maires pour la Paix, adressait en juin 2011 une « requête au sujet de l'affiliation au réseau des maires pour la Paix » aux communes du monde :

« À tous les dirigeants de municipalités (...)
La participation en nombre au réseau des Maires pour la Paix, donnera un élan augmentant de plus en plus les chances de réussite du désir de paix et de l'abolition des armes nucléaires. Pour le futur de l'humanité, pour protéger la paisibilité de la vie des citoyens, pour se tourner vers la réalisation de la paix perpétuelle dans le monde, nous souhaitons de tout cœur votre mobilisation.»

Les villes d’Oradour-sur-Glane et de Tulle ont rejoint les Maires pour la Paix (en janvier et juin 2004), et avec elles une centaine de communes en France et plus de 3.000 dans le monde.

Votre commune peut rejoindre cette initiative, comme l'encourage M. le Maire d'Hiroshima :
« Tous, ainsi que les villes de Hiroshima et Nagasaki, espèrent obtenir votre affiliation au réseau des Maires pour la Paix, afin d'œuvrer pour l'objectif de suppression de l'armement nucléaire. »

TOUTES les informations sur le site des Maires pour la Paix

 

Le Conseil des Territoires Citoyens du Monde, réuni à Lomé le 3 septembre 2010, a décidé de soutenir la campagne de "Maires pour la Paix" visant à demander le démantèlement de toutes les armes nucléaires avant 2020 dans le cadre de la décennie 2010 - 2020 des Nations unies pour le Désarmement nucléaire.

Le Conseil invite chacun des Territoires Citoyens du Monde à faire cette même démarche.


L’AFCDRP - Maires pour la Paix France a été créée en 1997 par et pour les collectivités locales. En 2012, elle comptait plus d’une centaine de membres dont : Aubagne, Arradon, Bègles, Carrières-sous-Poissy, Châlette-sur-Loing, Cordes-sur-Ciel, Dijon, La Rochelle, Maillé, Malakoff, Nanterre, Oradour-sur-Glane, Saint-Denis, Sanary-sur-Mer, Tours, Vitry-sur-Seine...

L’AFCDRP est l'antenne française du réseau international Maires pour la Paix (Mayors for Peace), créé en 1982 et qui regroupe maintenant plus de 5.300 villes et collectivités dans 153 pays et régions.

AFCDRP - Maires pour la Paix France
Hôtel de Ville - Place du 11 Novembre 92240 Malakoff

Site internet : www.afcdrp.com
Blog : http://afcdrp.blogspot.fr/
Facebook : http://www.facebook.com/afcdrp
Twitter : http://twitter.com/AFCDRP 
Tél : 01.47.46.75.32 / secretariat@afcdrp.com

 

L'ACCORD DES PEUPLES DE COCHABAMBA

 

RÉFÉRENDUM MONDIAL
pour une consultation des peuples de la terre
à l'initiative du président bolivien Evo Morales

 


Les divergences des présidents des États-nations sont trop importantes et semblent insurmontables en ce qui concerne la volonté politique d'assurer la survie de l'humanité et la préservation de notre planète. Pensant que les peuples sont plus sages que ceux qui les dirigent, le président bolivien Evo Morales a lancé l'initiative d'un référendum mondial pour une consultation des peuples de la terre.

 

ACCORD DES PEUPLES
Conférence Mondiale des Peuples sur le Changement Climatique et les Droits de la Terre- Mère
le 22 avril 2010 à Cochabamba, Bolivie

Télécharger le texte

 

Lire le texte de Houtart François, « La conférence mondiale des peuples sur le changement
climatiques et les droits de la Terre-Mère
 », Mouvements, 2010/3 (n° 63), p. 82-87

 

LE CILAME

 

Conseil International de Liaison
pour une Autorité Mondiale de l'Environnement

Le 11 mars 1989 à La Haye, les Premiers Ministres de France, des Pays-Bas et de Suède ont lancé un APPEL inspiré des thèses mondialistes qui préconisent des délégations de souveraineté à une instance supranationale. 43 pays ont déjà signé cet Appel.

Le 7 février 1991, a été créé lors d'une réunion au Sénat de la République Française, le Conseil International de Liaison pour une Autorité Mondiale de l'Environnement (CILAME), à la suite d'une conférence qui avait eu lieu sur le thème de l'écologie mondiale le 2 décembre 1989.

Lien vers le CILAME

FORUM DES LANGUES DU MONDE

 

 

 

 

 

 

« Les cultures et les langues
sont égales entre elles, comme
les citoyens d'une même république »

Félix Castan


À Toulouse, le Forum des Langues du Monde ouvre au débat deux propositions :

- Nationalisation des langues et des cultures de France
- Déclaration sur les Devoirs envers les Langues et le Langage

 

Ce projet, réalisé avec le Carrefour Arnaud Bernard, vise à poser en pratique comme en théorie l'égalité culturelle de fait de toutes les langues du Monde : plus de dialectes, plus de patois, plus de "petites" langues opposées à de "grandes", plus de non-sens linguistiques dictés par le politique.

Ruinant ainsi les fondements idéologiques de tous les nationalismes, ethnocentrismes, ou racismes ; et contribuant par là même à construire cette philosophie radicale de la pluralité culturelle qui est, comme l'écrit Félix Castan, « le seul message pouvant être accepté et repris par toutes les cultures du monde ».

Lien vers le FOROM DES LANGUES

 

LE « MOIS DE L'AMITIÉ »

 

LES RENCONTRES INTERNATIONALES
DE LA JEUNESSE À SAINT-CÉRÉ
1956 / 1967

 

 

QUAND SAINT-CÉRÉ ACCUEILLAIT LES JEUNES DU MONDE

Cela se passait à Saint-Céré entre les années 1956 et 1967 : Les Rencontres Internationales Universitaires de Saint-Céré, sous l’égide de l’UNESCO et des Amis de la République française, accueillait chaque mois de juillet dans la “petite Venise” une soixantaine de jeunes de tous pays, réunis pour partager le plus formidable appel à l’amitié et la fraternité mondiale que ne puisse jamais rêver aucun gouvernement.

« Ces soirées de l’amitié, véritables symboles de fraternité humaine, prouvent qu’un même coeur bât dans toutes les poitrines, sur toute la surface de la planète. Que la couleur de la peau soit noire, jaune ou blanche, qu’il se réclame de Dieu, de Mahomet ou de Bouddha, l’homme au contact de l’homme, s’aperçoit que les préjugés raciaux ou religieux ne résistent pas aux élans du coeur engendrés par l’amitié. » (...)

Lire la suite

LA JOIE DE VIVRE

 

LE CHANT DU MONDE de Jean Lurçat
1956 / 1966


La grande menace, 1957

 

Le Chant du Monde a été réalisée par Jean Lurçat entre 1957 et 1966. Cette série monumentale de dix tapisseries de 500 m2 (la plus grande série de tapisseries contemporaines du monde) est exposée à Angers, à l'ancien Hôpital Saint-Jean. Elle lui a été inspirée pour donner une version moderne à la tenture de l'Apocalypse du 14° siècle, également exposée à Angers.

Dans Le Chant du Monde, Lurçat montre, dans ses quatre premiers panneaux, la menace que fait peser sur le monde la bombe atomique. Il a été exposé en 1999 à Hiroshima au Japon. Un symbole pour cette oeuvre, apocalypse des temps modernes, qui, tout au long des 10 éléments tissés qui la constitue, dénonce les dangers encourus face à la grande menace de la guerre nucléaire, et célèbre l’Homme en gloire dans la Paix. (...)

Voir la suite


LE LOT DU MONDE

 

LE 24 JUIN 2011

En 1950, Cahors fit valoir au Monde une utopie salvatrice en posant les premières pierres d’un Gouvernement mondial des peuples, seul apte à faire face à la menace atomique alors imposée durant la Guerre froide par les deux blocs américain et russe.



Alors que l'humanité était encore secouée par les horreurs de la dernière guerre et par le spectre d'Hiroshima, Cahors fut la première ville à signer la Charte de la Mondialisation, adoptée le 30 juillet 1949 grâce à l'adhésion de ses habitants, de ses élus communaux, et au soutien de personnalités nationales et internationales - dont Albert Camus, André Breton, l’Abbé Pierre... La ville prit la résolution d’ajouter à son nom le mot Mundi (du monde), pour s’appeler Cahors-Mundi.

Les mois suivants, 239 communes du Lot sur les 330 que compte le département, puis le département lui-même à travers son Conseil général, s'enflammaient pour le projet d'une planète sans frontières régie par une Loi mondiale... et à leur suite, un millier de communes ou de villes dans 10 pays et sur 4 continents, dont les villes d’Hiroshima (le 18 mars 1959), Nagasaki (le 17 mars 1960) et Fukushima (le 24 février 1971). Cahors organisa les 24 et 25 juin 1950 les grandes cérémonies qui consacrèrent la Mondialisation du Lot.

L’appel de Cahors était un acte de résistance face à la folie meurtrière des hommes, un élan de solidarité entre les peuples, posé en réaction à la barbarie des bombardements atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki. Les citoyens de Cahors ont fait corps pour opposer à la force brute l’utopie d’une nouvelle fraternité humaine. Ils ont pu ensemble affirmer la nécessité d’un ordre supra-national qui pourrait permettre l’organisation d’une communauté mondiale où règnerait la paix et l’abondance, et où les libertés fondamentales seraient garanties aux individus. (...)


LIRE la suite de ce texte